À propos

Présenter un type de numérations parlées qui n’était connu que par de rares expressions isolées de quelques langues comme le danois ancien ou le dzongkha (langue sino-tibétaine) mais qui fut systématique chez les Mayas. Devenu rare et en voie de disparition, c’est le type protractif des numérations parlées mayas attesté par les numérations en usage à l’époque de la Conquête de l’Amérique, et par trois formes écrites du codex de Dresde. Présenter un fait de numération rare : la distinction maya d’un zéro ordinal (pour les dates) et d’un zéro cardinal (pour les durées et plus généralement les nombres) attestée par les codex et les inscriptions monumentales mayas depuis 320 après J.-C. (zéro ordinal) et depuis 357 après J.-C. (zéro cardinal). Présenter les conséquences d’un constat assez étonnant : bien que les Aztèques connaissaient et utilisaient le xihuitl, c’est-à-dire une année vague solaire organisée en 19 périodes (18 ‘mois’ de vingt jours et un complément Nemontemi, en principe de 5 jours), ils n’ont laissé aucune date écrite à la manière maya c’est-à-dire dans le format βY donnant le rang (numéro) β du jour dans la période et le nom Y de la période. Discuter du type d’arithmétique que les scribes développèrent à partir des problèmes qu’ils résolurent.

André

Association d'Ethnolinguistique Amérindienne Professeur d'épistémologie et histoire des sciences

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *